RH Hôtellerie Restauration

Les Ressources Humaines dans le secteur du CHR


Pourquoi faudrait-il « se prendre au sérieux » pour « travail avec sérieux »?

 

Très bon article  à suivre du journal l’express sur la place du rire et de l’humour dans les entreprises.

Source : l’express.

Selon le dictionnaire de la langue française, l’humour est une forme d’esprit qui souligne avec ironie et détachement les aspects plaisants, drôles et insolites de la réalité. Cette forme d’esprit est-elle innée ou est-il possible de l’acquérir? Une chose est certaine: les gens qui ont de l’humour sont agréables à vivre car ils font rire, détendent et mettent de l’ambiance.

Si cela est vrai dans le cercle privé, ça l’est d’autant plus dans l’enceinte bien carrée de l’entreprise. En quoi l’humour au travail serait-il si important? Sans pour autant singer l’humoriste professionnel, que peut donc faire l’homme au travail pour être vraiment plus drôle? Et le « vraiment » a ici tout son sens.

Car entre les blagues bien grasses qui gênent certaines oreilles –le plus souvent celles des femmes– et les plaisanteries tellement fines qu’elles sont difficilement captables, il reste de la place pour l’esprit sournois, sarcastique et ironique qui prend un malin plaisir à « rire aux dépens de ». Quand le « rire de l’autre » prend la place du « rire avec l’autre », l’humour devient plus malveillant que la critique et prend la place du « rire de soi ».

Est-il vraiment opportun de faire rire au travailLa qualité d’un labeur ne requiert-elle pas un esprit sérieux, appliqué et concentré sur les tâches? Comment voulez-vous travailler correctement dans une atmosphère trop détendue? Certes, le monde du travail n’est pas le monde des rigolos et les charlots ne font pas long feu s’ils ne sont pas capables de « produire ». Mais pourquoi faudrait-il « se prendre au sérieux » pour « travailler avec sérieux »?

Cette confusion serait doublement triste, pour soi et surtout pour les autres. Ne confondons pas non plus celui qui se prend au sérieux de celui qui n’en a que l’air. Le premier insupporte tandis que celui qui a l’air sérieux gagne souvent à être connu. Face à ces deux profils, le véritable humour est un outil excellent: il permet de ne pas se laisser impressionner par le premier et de découvrir plus vite le second.

Les bienfaits d’un humour bienveillant

Mais l’humour ne semble pas donné à tout le monde. Celui qui est doté de ce talent fait rire aisément ceux qui ont le sens de l’humour, en effleurant ceux qui ne sont pas drôles. Il est doué d’une forme d’intelligence particulière, l’intelligence linguistique, qui lui donne le sens de la répartie, lui permet de jouer avec les mots et de raconter les histoires. Il regarde la réalité de manière décalée et prend un plaisir contagieux à traduire et dessiner sa vision devant les autres.

Au travail, il y a l’humour qui gêne et celui qui détend, celui qui divise et celui qui fédère, celui qui casse et celui qui fait du bien. L’humour bienfaisant est bienveillant: il n’enfonce pas la personne mais lui offre une véritable occasion de respiration. Rire est un exercice excellent pour la santé, d’autant plus précieux que la situation est délicate et les gens tendus.

Il participe au dénouement de la boule au ventre, distend la corde du stress, entrouvre les volets du repliement sur soi et éteint la mèche du pétard allumé. Il fait du temps qui passe un bon moment, inoubliable parfois, travestissant les larmes de la tristesse en pleurs de rire et abusant des maxillaires jusqu’à la crampe.

Il ôte le plomb de l’ambiance, court-circuite l’atmosphère électrique et dédramatise la situation anxiogène. Il redonne de l’énergie à celui qui subit l’échec, et relativise la faute du coupable. Surtout, l’humour engendre la joie, permet l’évasion non du réel mais du rationnel en augmentant le plaisir d’être ensemble. Quant à la pratique de l’autodérision, elle facilite l’acceptation de ses propres limites et imperfections.

L’homme drôle au travail est rare, donc précieux. Il n’a pas besoin de se prendre au sérieux pour être pris au sérieux, car sa maîtrise et son recul assoient sa crédibilité et son professionnalisme. Le vrai drôle est libre du regard des autres. Certes, le travail implique une certaine concentration: la précision d’un chiffre, la pertinence d’un propos, la profondeur d’une réflexion, l’originalité d’une création, la minutie d’un geste, le mûrissement d’une décision. Mais l’humour véritable n’a pas besoin de beaucoup de temps pour être bénéfique.

Alors que faire pour qu’il y en ait plus? On peut suivre des cours de rire, apprendre des blagues mais sans doute avant tout se détacher du regard des autres, des situations et des soucis qui nous collent et nous enchaînent à notre travail. Ce détachement ne réduit pas l’engagement: il en est au contraire la mesure, la condition de son maintien et de sa croissance. Nul ne doit s’imaginer sauveur de son entreprise: chacun en est le gardien, gardien surtout de l’esprit qui donne l’entrain et transforme le travail en aventure.

 

Comments are closed.